Magali Bigey et Stéphane Laurent « Médiatisation, réception et pratiques de lecture : le cas de la trilogie 50 Nuances de Grey »

Conférence du 20 novembre 2014

Photo Magali BigeyMagali Bigey est docteur en sciences du langage et maître de conférences à l’université de Franche-Comté. Ses travaux portent sur l’analyse du discours dans le roman sentimental sériel contemporain. Elle est spécialiste en analyse du discours issu du web et des usages des réseaux sociaux et pratiques de lecture.

Stéphane Laurent est chercheur associé à l’université de Photo Stéphane LaurentFranche-Comté, en écogestion et marketing. Ses recherches portent sur les techniques d’enquête et les logiciels d’étude.

Ces deux collègues ont réalisé une enquête par questionnaire dans le cadre d’un séminaire pour le laboratoire Communication et Politique (CNRS) en mai 2014. Ils reviennent sur les résultats de leur enquête à travers une analyse de discours, qui met en perspective les notions de médiatisation, prescription et pratiques de lecture telles qu’elles interfèrent dans la réception d’une œuvre.

Panorama de la littérature érotique en France.

La littérature érotique en France représente 2% des lecteurs, qui sont ici des lectrices, puisqu’il s’agit d’un public essentiellement féminin. Une enquête a permis de déterminer le profil de ces lectrices. Ainsi, on constate que les trois quarts de ces femmes ont entre 25 et 65 ans, avec une propension forte entre 25 et 50 ans. Les lectrices concernées peuvent tout aussi bien être des employées que des cadres. Enfin, on remarque une concentration de ces lectrices en région parisienne. Le nombre d’acheteurs et de lecteurs évolue grâce au système de duplication que constitue le prêt. Ainsi, on constate une évolution du lectorat en 2013-2014, qui augmente de 10% (et de 3% pour les acheteurs).

On parle tout aussi bien de lectures sentimentales, érotiques ou érotico-sentimentales. Les éditions Harlequin en sont l’emblème. Dans cette littérature, l’ethos, c’est-à-dire l’inscription de la personne qui parle à travers le regard des autres, est malmené, voire disqualifié. L’acte de lecture peut alors se définir comme un imaginaire qui permet de toucher, respirer, vivre par procuration en quelque sorte.

50 Nuances de Grey, une machine marketing.

Le cas de la trilogie 50 Nuances de Grey, publiée chez Lattès, est un phénomène éditorial (d’auto-édition) qu’il est intéressant d’étudier. Plus de 90 millions d’exemplaires se sont vendus dans le monde, générant un chiffre d’affaires de 32 millions d’euros. En 2013, les trois tomes se situent dans le top 5 des meilleures ventes, sachant que le premier tome suscite le plus d’engouement. Une trilogie marketing, pourrait-on l’appeler, dont on ne compte plus les produits dérivés : du journal intime à la ligne de lingerie, en passant par les menottes, il s’agit bel et bien d’une machine commerciale.Fifty Shades of Grey

L’enquête.

L’enquête a consisté en un sondage en ligne sur le logiciel spécialisé Sphinx-online. Les enquêtés ont été sollicités via les réseaux sociaux, les forums… Le sondage comportait trente questions et est resté en ligne du 26 septembre au 31 décembre 2013, soit pendant une période de près de trois mois. A noter que 60% des réponses ont été obtenues en deux jours seulement (sur un total de 666 réponses). L’objectif était de comparer les lecteurs (lectrices !) de 50 Nuances de Grey avec les lecteurs habituels de littérature érotique. Il en ressort une différence de localisation, puisque ces derniers se situent principalement en région parisienne tandis que la trilogie est un phénomène très provincial, qui concerne plutôt de petites lectrices (certaines n’avaient pas lu depuis le collège). On remarque aussi que parmi les lectrices de la trilogie se trouvent seulement 15% d’amatrices du genre : il semble donc qu’un nouveau lectorat ait été touché. Enfin, l’enquête montre l’influence des médias et de l’entourage sur cette pratique de lecture.

La méthodologie employée pour analyser les résultats de l’enquête a été celle de l’analyse de discours. Les mots qui ressortent le plus de l’enquête sont les suivants : amour, sexe, envie, libido, couple. Par ailleurs, le logiciel Nooj a permis d’étudier les concordances de diachronie, répondant ainsi à la question : les verbes de sentiment ont-ils un sexe ? Il s’agit d’observer le nombre d’occurrences de ces mots dans le texte, avec un retour au texte systématique pour éviter toute conclusion hâtive. C’est ainsi que la réponse est positive : des verbes sont féminins (une femme peut aguicher, être affolée, être anéantie, et jamais un homme) et d’autres sont masculins (un homme peut être désabusé, apaisé, et jamais une femme).

Des perceptions, des réceptions : vers une consommation de lecture ?

Le questionnaire soumis aux lectrices comportait une question sur le genre du livre, et il apparaît que près de 300 termes différents ont été donnés pour qualifier le genre ! Cela va de l’eau de rose jusqu’au porno, érotique hard, en passant par romantique, sadomasochiste, comique, vulgaire, éducatif, etc. Cela n’est pas sans rappeler le cas d’Histoire d’O, livre érotique que les bibliothécaires ne savaient où placer et qui s’est finalement vu attribuer la classe X. Les lectrices se sont projetées dans l’histoire (en marketing, cela s’appelle un achat impliquant). Plus de la moitié des personnes qui connaissaient déjà le genre érotique ont estimé que la trilogie était très light, à l’eau de rose.

Peut-on parler de consommation de la littérature ? Oui car, de plus en plus, le livre est un produit marketing, formaté comme tel, à la fois consommation et plaisir de lecture. Le numérique est plus pratique pour une certaine tranche de la population, plus discret pour d’autres, même s’il ne représente que 16% des achats. Beaucoup de ces femmes ont lu à domicile et certaines dans le métro, comme une lecture décomplexée. Le roman a plu, à 92%. L’archétype du lecteur est une femme mariée, avec enfants, entre 25 et 50 ans, habitant en province, d’où l’appellation de « Mummy porn ». La lectrice déçue, elle, est la lectrice type du genre érotique. Il y a donc bien eu création d’un nouveau lectorat.

Quant aux motivations de lecture, après la curiosité due à l’effet média, elles résident surtout dans les phases identificatoires et l’effet personnage (Vincent Jouve le définit comme ce que provoque le personnage dans la tête du lecteur et comment ce dernier s’y attache). De plus, l’écriture est très simple et rapide à lire, accessible à de petites lectrices. Celles qui ont aimé le livre ont fait un transfert, voulant projeter ces pratiques BDSM dans leur propre vie de couple. A la question « Avez-vous retiré quelque chose de plus personnel qu’une lecture-loisir de ce roman ? », plus de la moitié ont admis une envie de nouvelles expériences, d’essayer ce mode de vie, avec l’idée que ce livre leur « a permis de » (l’idée de permission via un livre !). C’est donc un réel phénomène psychologique de déblocage chez certaines lectrices, qui leur permet de relancer leur libido et découvrir un nouveau monde de passion et de plaisir.

Et sur le long terme ?

Après avoir lu le premier tome, une femme sur deux l’a relu ou l’a prêté. Toutes vont aller voir le film après avoir été enthousiastes face à la bande-annonce. Le film sort le 11 février 2015, juste à temps pour la Saint-Valentin. L’horizon d’attente des lectrices vis-à-vis du film consiste à la fois en une volonté d’assister à des scènes érotiques décomplexées, de s’évader autant qu’avec le livre, tout en craignant le physique des personnages et la censure de certaines scènes.

Un an après la sortie du phénomène, on peut s’interroger sur l’impact qu’a eu le livre dans la vie de ces lectrices : effet de mode ou long terme ? Un nouveau questionnaire leur a été soumis et il s’avère que 95% des lectrices ont continué de lire cette trilogie. Quant à leurs usages numériques, on peut voir que le web est beaucoup utilisé par les lectrices de province, qui se tiennent au courant de toutes les nouveautés en lien avec la trilogie grâce aux pages Facebook, forums, webzines et Twitter. Les lectrices sont devenues à 90% des adeptes du genre : une nouvelle clientèle est née.

Ce qu’il faut retenir de la conférence :

50 Nuances de Grey peut être considéré comme un one shot qui a très vite su trouver son public en raison d’une forte demande (sans oublier l’aspect médiatique et marketing du livre). Le rôle de la prescription dans le succès de cette trilogie n’est pas négligeable. Les principaux acteurs ayant influencé l’achat du livre sont avant tout les médias, qui ont fait un battage médiatique autour du phénomène et ont joué un rôle pour attiser la curiosité autour du roman, mais aussi l’entourage des lectrices, le réseau d’amies. Tout ceci a rendu permissif le fait de lire de la littérature érotique aux yeux de tous puisque le livre était omniprésent dans les médias comme dans les conversations. Et, par ailleurs, ce livre a rendu permissives des pratiques sexuelles qui se sont désinhibées sur la place publique.

Magali Bigey et Stéphane Laurent l’ont bien démontré : les livres faisant le buzz ne sont pas forcément des œuvres de grande qualité littéraire, mais il suffit qu’un public se sente concerné et s’en empare pour que le livre devienne phénomène.


2 réflexions au sujet de « Magali Bigey et Stéphane Laurent « Médiatisation, réception et pratiques de lecture : le cas de la trilogie 50 Nuances de Grey » »

  1. Bonjour,

    Je suis Katia, l’éditrice de la collection  » Les livres érotiques pour hommes de Katia ».

    Je voulais réagir à votre affirmation :  » La littérature érotique en France représente 2% des lecteurs, qui sont ici des lectrices, puisqu’il s’agit d’un public essentiellement féminin ».

    En tant que professionnelle du genre, je m’interroge sur ce que vous entendez précisément par « littérature érotique ».

    Les livres que j’édite sont classés érotiques pour leur public préférentiel ( masculin en majorité ) et porno par leurs détracteurs ( féminins en majorité ). D’où mon questionnement : avez-vous tenu compte de cette distinction lors de votre enquête ?

    Tant que l’on ne prend en compte que les « romans érotiques pour ménagère à l’américaine » le lectorat du genre ne peut apparaître effectivement qu’essentiellement féminin.

    Il y a un tabou éditorial certain autour des livres érotiques préférés par les hommes. Ces derniers, beaucoup plus hard et direct ( porno ) sont distribués en catimini sur le marché du livre. Je pense donc que les consommateurs de littérature porno se montrent beaucoup plus discrets que les lectrices de livres érotiques…

    Cordialement,

    Katia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *