Isabelle Antonutti « La querelle de la presse du cœur »

Photo Isabelle AntonuttiConférence du 2 octobre 2014

Isabelle Antonutti est chercheuse en histoire à l’IECI (Institut d’études culturelles et internationales) l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines. Elle est également conservatrice, responsable de formation à Médiadix et enseignante au Pôle Métiers du Livre de l’Université Paris-Ouest Nanterre La Défense. Ses activités de recherche concernent essentiellement les entreprises et les cultures médiatiques au 20ème siècle. Sa conférence du 02 octobre 2014, effectuée dans le cadre d’un séminaire d’étude pour les étudiants en Master Métiers du Livre à Saint-Cloud, portait sur la presse du cœur.

Aux origines de la presse du cœur

La presse du cœur est connue pour sa capacité à illustrer ses récits pour mieux les romancer. Cette pratique débute principalement en Italie et atteint son apogée pendant l’après-guerre pour décliner dans les années 1960. Le premier organe de presse à publier ces courriers est celui dirigé par Paul Winkler, Confidences, le journal des histoires vraies. Leur mode de rédaction est fortement inspiré du roman sériel ainsi que par la publication aux États-Unis d’un essai True Story, True Romance. Cette presse du cœur va peu à peu se doter d’une mise en image qui viendrait d’après-guerre puis sera directement importée en France dans le magazine Nous Deux.

source :  BDZOOM http://bdzoom.com/

source : BDZOOM
http://bdzoom.com/

Ce sont de pures fictions sentimentales publiées sous forme sérielle, de roman photo ou encore de courriers des lecteurs. La trame du roman est quasi toujours identique d’un numéro à l’autre avec une rencontre et un coup de foudre entre deux personnages très stéréotypés. Les couvertures dessinées, aujourd’hui très recherchées par les collectionneurs, démontrent un intérêt particulier de la presse du cœur pour la puissance de l’image et de l’évocation. L’influence du cinéma puis de la télévision voire de la bande dessinée joue alors un rôle essentiel. A l’inverse, la publicité a une faible place dans les magazines publiant la presse du cœur, ou alors ne concerne que des produits pratiques, facilement identifiables et à portée de bourse.
On notera en outre que le genre « rédactionnel pratique » est un genre que l’on retrouve beaucoup aujourd’hui dans de nombreux magazines féminins avec des rubriques astrologiques, cuisine, savoir-vivre, psychologie, etc.

Les auteurs de ces textes sont très peu connus et montrent au fur et à mesure une concentration de romancières anglo-saxonnes. Les courriers du cœur peuvent prendre la forme de témoignages, d’histoires vécues, et ainsi se transformer en conte moral et en courrier du lecteur.

De la consécration à la controverse morale

En 1955, soit dix ans après son lancement, le tirage de la presse du cœur atteint environ 4 millions d’exemplaires. Chaque magazine est lu en moyenne par 3 ou 4 personnes, c’est-à-dire 12 à 16 millions de lecteurs. Par conséquent, leur durée de vie est assez longue puisqu’il passe de main en main, pouvant aussi bien être manipulé par les hommes (41%) que les femmes (59%). Les lecteurs de la presse du cœur ont entre 25 et 34 ans, appartiennent à la catégorie socio-professionnelle des ouvriers ou des employés, et vivent pour beaucoup d’entre eux dans des zones rurales ou des petites villes. Néanmoins, l’autre public visé par cette presse reste celui des adolescents.

Les lectures du peuple ont tendance à être contrôlées voire discutées par les autorités, notamment lorsqu’elles concernent les femmes. Pourtant, l’après-guerre est une époque militante, marquée par l’engagement de nombreux intellectuels auprès du parti communiste. C’est leur croyance en l’émancipation du prolétariat, et par extension l’émancipation de l’humanité, qui modèle leur rejet des lectures artificielles et futiles. Cette critique de la culture de masse a mûri dans les années 1930, bénéficiant de l’influence d’Adorno et de son concept d’industrie culturelle. L’industrialisation des biens culturels amène ainsi, selon lui, à une standardisation et une homogénéisation de l’art et par extension à une monétisation qui suppriment le concept de culture comme acte de création et comme déclencheur de l’esprit critique. Il faudrait alors, pour les intellectuels, éduquer les femmes par des campagnes soutenues par des associations de détracteurs de la presse du cœur. Cette dernière subit alors de nombreuses attaques, la rendant de plus en plus conservatrice et faisant fuir ses lecteurs les plus jeunes qui ont tendance à s’émanciper. On notera aussi qu’avec l’apparition des premières séries télévisées, et de l’influence du poste de télévision en règle général, le roman-photo perd alors beaucoup de son aura et de son intérêt. Les critiques émises sur la presse du cœur peuvent ainsi aujourd’hui être appliquées à la presse people.

Ce qu’il faut retenir de la conférence :

La presse du cœur tire ses origines de la presse italienne d’après-guerre et vise essentiellement un public féminin jeune. Elle s’inspire ainsi de l’engouement de ce public pour les récits mis en image et prend le plus souvent une forme sérielle. Cependant, ce type de magazine finit par souffrir de la concurrence de nouveaux médias à destination des masses comme la télévision ou encore le cinéma. Incapable de se renouveler et de s’adapter à une audience féminine de plus en plus émancipée, les presses du cœur ne parviendront pas à perdurer dans le temps.


1 réflexion sur « Isabelle Antonutti « La querelle de la presse du cœur » »

  1. Definitely consider that which you stated. Your favorite justification appeared to be on the web the easiest thing to understand of. I say to you, I definitely get annoyed at the same time as other folks think about issues that they just don’t realize about. You controlled to hit the nail upon the highest as well as outlined out the entire thing with no need side effect , other folks could take a signal. Will likely be again to get more. Thanks|

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.